Archive de la catégorie ‘Méthodologie’

Comment on fait une note de synthèse?

Lundi 15 décembre 2008

La note de synthèse est l’épreuve phare des examens écrits du CRFPA. Beaucoup d’étudiants passant pour la première fois le CRFPA n’y ont jamais été confronté. Il s’agit pourtant de la grande hantise des étudiants…

La note de synthèse c’est ça: une quarantaine de pages contenant des articles de presse, de la doctrine, de la jurisprudence, des textes législatifs.

Et après?

Et après, vous lisez tout, vous faites une synthèse de la totalité des documents, mais dans le cadre d’un devoir clair et structuré. C’est SUPER hein?! Je sais… Ca ne vous avance pas plus que ça! Avant de pouvoir pondre votre chef d’oeuvre, vous devrez effectuer un travail de fourmi.

La note de synthèse n’est pas un résumé condensé de différents articles. Le but de cette épreuve est de tirer les informations essentielles de chaque document, puis de les organiser de manière structurée dans son devoir.

Vous trouverez ci-dessous une méthode pour faire une note de synthèse. Il en existe plusieurs et chacun doit trouver quelle est la méthode qui lui convient le mieux. Il n’y a donc pas UNE SEULE méthode pour la note de synthèse mais UNE METHODE PROPRE à chaque étudiant. Vous trouverez également quelques astuces pour vous organiser plus vite: vous pouvez soit les tester et les adopter, soit les écarter s’ils ne vous conviennent pas.

Nous pouvons distinguer 5 phases successives pour la réalisation de la note:

En remarque préliminaire, il est important de souligner que toute les étapes ci-dessous doivent être effectuées en rapport avec le thème de la note. Ne perdez jamais de vue ce thème au risque de faire un hors-sujet qui serait FATAL!

Phase 1: aperçu rapide

La première étape consiste dans le feuilletage de la note. Le feuilletage permet principalement deux choses: choisir un ordre de lecture et commencer à organiser ses idées en vue de la prise de notes (cf. Phase 2).

Un ordre de lecture des documents doit être défini afin de vous faciliter la compréhension de la note. Effectuez un feuilletage rapide de la note. Regardez quels sont les documents les plus accessibles, quels sont ceux qui semblent long et techniques, quels sont ceux qui sont structurés. Les plus abordables seront souvent lus en premier alors que les plus techniques, après. Le premier document à lire ne doit être ni trop long, ni trop court. Il s’agit d’une première approche de la note qui, sans être trop technique, doit vous permettre de vous donner une première idée de ce qui vous attends. Attention, le feuilletage doit rester succint. Il ne s’agit pas de commencer à lire attentivement les documents mais à apprécier sa structure et ses grandes lignes.

Durant ce feuilletage, vous vous apercevrez que certains documents disposent d’un plan. Notez les principaux thèmes sous forme de colonnes. Ils peuvent vous permettre de créer des catégories que vous étofferez durant la phase 2.

Phase 2: lecture + prise de notes

La phase 2 consiste dans la lecture des documents et dans l’extraction des informations essentielles.

Vous n’êtes pas obligé de lire la totalité des documents. Certaines notes de synthèse disposent de paragraphes qui n’ont rien à voir avec le thème de la note. Souvent, la première phrase du paragraphe résume l’idée majeure, les phrases suivantes ne faisant que développer cette idée. Pour gagner du temps, il faudra lire attentivement les documents présentant le plus d’intérêt, mais survoler ceux qui en présentent beaucoup moins. Lorsque vous êtes confronté à un arrêt, cherchez parmi les documents un article de doctrine résumant ou explicitant l’ensemble de cette jurisprudence. Cela vous évitera de le lire.

Concernant la prise de notes, interdiction de prendre une page de note par document! Vos notes devront en moyenne faire 4 ou 5 pages. Cette prise de note doit être active: les idées extraites doivent être reliées progressivement avec celles que vous avez extraites des documents précédemment lus. Si vous avez fait des colonnes durant la phase 1, certaines informations doivent parfaitement rentrer dans les catégories que vous avez crées. Pas de panique si elles ne rentrent pas! Il faut rester flexible: soit vous créez une nouvelle colonne, soit vous mettez l’idée de côté pour la relier à autre chose par la suite.

Phase 3: plan

Comme tout juriste qui se respecte, vous structurerez ce plan en deux parties, chacune subdivisées en deux sous parties.

Le plan va refléter votre compréhension du sujet. Souvent, l’étudiant pourra proposer un plan bateau (déguisé bien sûr!):
I. Nature / II. Régime
I. Régime antérieur / II. Perspectives

Mais qu’est-ce qui se passe? Je ne trouve pas le plan!

Dans ce cas, vous avez sans doute oublié d’organiser vos idées de façon progressive. Lors de la lecture, vous avez pris des notes mais de façon non organisée. Même la prise de note doit être active. Le classement des informations doit être permanent durant la lecture. C’est ce qui en principe peut vous permettre de trouver votre plan rapidement.

Phase 4: rédaction

Lors de la rédaction, restez neutre dans vos propos. Votre devoir doit traiter uniquement la note et rien que la note! Les connaissances personnelles sont donc à bannir. Evitez d’exposer votre science si la note ne traite pas d’un point -même en lien avec le sujet- ou d’arrêts dont vous connaissez l’existence. Votre avis n’intéresse pas le correcteur. Mieux, il pourra vous sanctionner si vous vous emportez! Banissez également de votre vocabulaire (au moins pendant 5h, le temps de faire votre note) les « je » ou « nous » qui connotent une certaine appropriation du sujet.

Soyez précis dans les termes que vous utilisez (exemple: un tempérament n’est pas une exception!). Tentez de ne pas recopier le texte et reformulez les idées. Afin de permettre au correcteur de comprendre rapidement votre raisonnement, essayez dans la première phrase d’un paragraphe d’énoncer votre idée principale puis argumentez dans les phrases suivantes. N’oubliez pas que chaque idée dégagée doit être reprise d’un document et que le numéro du document doit donc être cité pour justifier votre source. A la fin de votre devoir, tous les documents devront avoir été référencés au moins une fois.

Concernant la longueur du devoir, elle doit être de 5 pages maximum, soit une copie double + le recto d’une feuille simple. Le top de la longueur, c’est de faire 4 pages et demi. Surtout, finissez votre devoir! La plupart des IEJ sanctionnent les devoirs inachevés par une notation en dessous de la moyenne! Même s’il ne vous reste que peu de temps, contractez le muscle de votre bras et faites votre II. B). Attention aux crampes d’avant-bras ou de doigts!

Phase 5: relecture

Relisez! Une copie sans faute d’orthographe et dont les titres sont soulignés laisseront une bonne impression au correcteur. Ces détails peuvent éventuellement vous faire gagner un point voire plus! Et un point dans une épreuve dont le coefficient est de 2, cela peut très bien vous permettre d’avoir in extremis vos écrits!

Ultime conseil: gérez votre temps

Dans ce type d’épreuve, le temps est notre pire ennemi. Il est donc nécessaire de trouver un timing qui nous convient, en fonction de nos forces et nos faiblesses. A titre d’exemple, un étudiant rapide dans la lecture mais lent dans la rédaction pourra s’organiser de la manière suivante:
- 10 minutes pour une première approche globale
- 1 heure 50 pour la lecture
- 30 minutes pour le plan
- 2h 20 pour la rédaction
- 10 minutes pour la relecture

N’oubliez surtout pas votre montre! Elle est OBLIGATOIRE! En cas d’oubli, utilisez votre horloge biologique! :p C’était ma petite blague pour clore cet article!